P11: Les Enluminures de Le Maître de Sacy (5)

 

Les Enluminures de Le Maître de Sacy

LEMAITRE DE SACY Isaac, Enluminures du fameux almanach des Pères Jésuites intitulé la Déroute et la confusion des Jansénistes, sl, 1654, XL-100 p. in-8°. Il y a eu une deuxième édition le 8 février 1654.

En 1653 se produit l’affaire des colporteurs des Jésuites : des crieurs annoncent « La condamnation des Jansénistes par Notre saint Père le Pape ! », en diffusant l’almanach intitulé La Déroute et la Confusion des Jansénistes ; le 15 janvier 1654. LEMAITRE DE SACI Isaac répond par les Enluminures du fameux almanach des Pères Jésuites intitulé la Déroute et la confusion des Jansénistes, sl, 1654, XL-100 p. in-8°. Le document est reproduit dans Autour des Provinciales et du Port-Royal, dernière page.

Sur l’Almanach, voir Provinciale III.

GEF IV, p. 218.

Le roi, sous le regard du pape, refoule les jansénistes, qui se réfugient, vers la droite, du côté des protestants. La figure centrale, qui ressemble à Jansénius, a été affublée d’ailes diaboliques.

HERMANT Godefroi, Mémoires, II, p. 115-116.

RAPIN René, Mémoires, II, éd. Aubineau, p.191, nie la responsabilité des jésuites dans la production de l’almanach, et l’attribue à Adrien Gambart, ami de Monsieur Vincent.

Provinciales, éd. Cognet, p. 211-212.

SAINTE-BEUVE, Port-Royal, II, XVII, t. 1, éd. Leroy, Pléiade, p. 570 sq., p.765 et 771. L’Almanach est diffusé à 16 000 exemplaires. Il rencontre un gros succès populaire. Comment les jésuites tournèrent les protestations : l’affaire des exemplaires à ailes de diable.Jugements sur l’ouvrage de Sacy : p. 773.

Voir DELASSAULT Geneviève, Lemaistre de Saci et son temps, p. 62 sq. Dix-huit enluminures en vers octosyllabes répondant à l’almanach. Diversité de tons pris par Saci : doctrinal sur un point de théologie ; grave sur les faits historiques ; cinglant et ironique, etc. Il s’attaque aux intrigues secrètes des jésuites et à leur volonté d’être maîtres absolus à Rome, comme “oracles” du pape : p. 63. Il démasque leurs intrigues à la Cour. Sur la casuistique : p. 64. Il justifie saint Augustin et Jansénius : p. 64-65. Les réactions aux Enluminures : Lombert lui reproche de sentir “un peu trop son provincial” (BN, f. fr. ms. 4337 n. a. f° 31). Les jésuites reprochent parfois aux jansénistes d’avoir supposé l’almanach ; voir HERMANT, Mémoires, II, p. 413. D’autres reprochent à Saci son hypocrisie, sa colère et son orgueil. Mais ils étaient bien atteints ; voir CLEMENCET, Histoire littéraire..., ms. 4534, pièce 13, f° 33. En mars, Le Moine fait paraître une satire burlesque des Enluminures, L’Etrille du Pégase janséniste aux rimailleurs de Port-Royal : p. 66. Voir là-dessus SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 1. p. 570 sq. et p. 765 et 771. Jugements sur cet ouvrage : p. 773.

SPICA Anne-Elisabeth, “Une querelle des images : les Enluminures de Sacy et l’almanach intitulé La déroute et la confusion des Jansénistes”, in Le rayonnement de Port-Royal, p. 539-555.

LEBLANC Yves, “Les Enluminures de Le Maistre de Sacy”, XVIIe siècle, 32, 1956, p. 475-501.

DONETZKOFF Denis, Saint-Cyran épistolier, Thèse, p. 236 sq. L’Almanach et la riposte de Sacy, qui adopte les mêmes procédés que l’assaillant : p. 237. Arnauld réagit par une défense de la raillerie : p. 237 sq. Pascal et la Provinciale XI : p. 238 sq. Tandis qu’Arnauld en reste à constater qu’il y a de la charité à humilier les présomptueux, Pascal se laisse aller à son amour du verbe. De Saint-Cyran dont il cite deux passages, Arnauld ne tire aucune leçon qui puisse l’incliner à la charité. Pascal sait que les Enluminures n’ont pas servi Port-Royal : p. 239. A l’époque de la Provinciale IX, Pascal a lu la Somme des fautes contre Garasse, d’après la Théologie morale des jésuites, comme le prouvent les coupures : p. 239-240. Depuis, il a lu lui-même le livre.

GHEERAERT Tony, Le chant de la grâce. Port-Royal et le poésie d’Arnauld d’Andilly à Racine, p. 245 sq. Le système de défense imaginé par Sacy et son influence sur Pascal. Les Enluminures, miroir du baroque : p. 445 sq.