P 06 : Réponse originale (2)

 

25 avril 1656. Lettre d’un provincial au secrétaire du Port-Royal

Lettre d'un provincial au Secrétaire du Port-Royal. Publié après la VIe Provinciale, entre avril et mai 1656. Voir Provinciales, éd. Cognet, p. XLVIII. Voir GEF V, p. 112 sq.: le texte est signé "Votre, etc., N. N.", et datée "De Neuv'Eglise ce 25 avril 1656", 12 p. in 4°. Extraits du texte. P. 2: "La divine providence attendait le siècle des jansénistes pour révéler au monde cette nouvelle manière de défendre la foi, en riant; et de satisfaire par des réponses facétieuses à ceux qui la combattent, quand on ne sait plus que leur dire. C'est ce que vous faites avec tant d'avantage, que nous n'avons plus qu'à suivre votre manière pour nous moquer de l'Eglise d'à-présent, des papes, des évêques, des docteurs et de tout ce qui semble considérable à ceux qui nous persécutent". L'auteur des Provinciales fait le jeu des athées, qui le remercient de leur fournir des armes contre ceux qui les poursuivent. Il est leur allié objectif. La doctrine religieuse qu'il défend est celle de l’Église réformée.

PARISH, Pascal's Lettres provinciales, p. 71-72.

JOUSLIN Olivier, La campagne des Provinciales de Pascal, p. 220 sq. Le provincial qui est censé écrire est un habitant des Provinces Unies qui signe sa lettre de Neuv-Eglise: c'est donc un réformé qui est censé fournir par le rire la preuve de l'entente entre Port-Royal et les protestants. Louange ironique de la compétence théologique des femmes, pique contre les belles amies de Port-Royal: p. 413. Pièce non reprise dans le recueil officiel des jésuites: p. 414.